Devenir membre de l’AJAS

Comment faire partie de l’équipe ?

Vous pouvez tout simplement intégrer l’équipe au sens large en vous joignant à nos actions pour commencer, puis en participant à nos réunions. Faire partie du Bureau, du Conseil administratif, d’un pôle ou d’un groupe est un engagement fort qui implique des responsabilités : être présent aux réunions, répondre aux mails, gérer les tâches qui vous incombent, agir en tant que membre d’une association. Il faut donc s’être investi un minimum au sein de l’association avant de pouvoir y prétendre 😉

L’activisme selon l’AJAS

La vision de l’activisme (militantisme) de l’AJAS correspond parfaitement à la conception qu’en a Tom Regan cité ci-dessous:

“Au niveau pratique, je crois que la plus importante des choses que peut faire un activiste, c’est de tenter d’être le porte-parole des animaux, et de l’être avec humilité, sans mépris ni dédain. Il ne s’agit pas de mépriser celui à qui vous parlez, même s’il n’est pas pour les droits des animaux ; il s’agit de l’aimer, d’affirmer son humanité. C’est ce que je dis aux militants : c’est à quelqu’un que vous parlez. Et peut-être, ce quelqu’un ignore ce qui arrive aux animaux ; ou alors, il en sait un peu, mais pas beaucoup ; ou il en sait pas mal, mais il s’en fiche ; ou cela le préoccupe, mais pas assez pour qu’il fasse quelque chose. Reculez d’un pas, et regardez : cette personne en face de vous, c’est aussi celui que vous étiez – tous, nous avons été cette personne-là. Moi-même, adolescent, j’ai été apprenti-boucher ! J’étais sourd à leurs cris, aveugle à leur souffrance.

C’est cela que je veux dire, quand je dis qu’il faut confirmer l’humanité de celui qui est en face. Si nous nous mettons en colère, si nous lui parlons avec dédain, alors nous l’aliénons, et nous aurions mieux fait de nous taire. Il arrive que les militants des droits des animaux soient le pire ennemi des animaux. L’espèce de mentalité « police végan », cela ne m’intéresse pas. Tout ce que je veux, c’est amener une personne à faire juste une chose, une seule chose. Aller acheter un shampoing qui n’a pas été testé sur animaux. Si elle le fait, elle fait un premier pas, elle a réfléchi ; et alors, de mon point de vue, elle est devenue une militante. Elle a rejoint le mouvement des droits des animaux. Le premier pas entraîne un deuxième, et alors, on est impliqué dans le mouvement.” Dans “Interview de Tom Regan”, interrogé à Milan par Karin Karcher, David Olivier et Léo Vidal, Les Cahiers Antispécistes, n°2,1992.

« À mon avis nous devons nous engager pour la protection des animaux et cesser complètement de manger de la viande. Je le fais moi-même et c’est ainsi que bien des personnes deviennent attentives à ce problème qui a été posé si tard ». Albert Schweitzer, médecin, prix Nobel de la paix

Devenir bénévole !

1 – Être bénévole au sein de l’AJAS c’est partager un principe fondamental : la non-violence. Les propos haineux, racistes, sexistes, spécistes ou de manière générale tout discours de domination sur autrui, ou de discrimination sur autrui (stigmatisation, exclusion, etc.) ne sont pas acceptés au sein de l’association. Aucune forme de violence ou d’agressivité n’est acceptée, qu’elle soit physique ou morale.

2 – C’est aussi adopter une stratégie pédagogique. L’AJAS part du principe (c’est notre parti pris) que l’agressivité, la peur, la culpabilisation au sein des discours n’est pas efficace pour amener autrui à réfléchir sur son rapport aux animaux. Un discours pédagogique n’est pas mesuré, ou mensonger, il dit la vérité mais sans émettre de jugement de valeur sur la position d’autrui, il privilégie la possibilité de débattre à une confrontation stérile. L’objectif c’est d’amener autrui à réfléchir (un cochon est aussi intelligent et sensible que mon chien ? Manger du cochon c’est comme manger du chien alors…), et non à avoir peur (pour l’avenir, sa santé, etc. ce qui peut amener à dénier la réalité), ou encore à faire culpabiliser (ce qui peut amener l’autre à refouler, à se braquer, à être agressif, etc.).

3 – Pour être bénévole il est aussi important de prendre conscience de ses droits et devoirs au sein de l’association. Qui dit association ne dit pas qu’on peut agir sans conséquences et sans considérations. Pour mieux comprendre dans quoi vous vous engagerez, ce que vous pouvez attendre de nous et ce que nous pouvons attendre de vous, voici notre charte :

Je partage ces idées, que puis-je faire au quotidien ?

1 – Distribuer des tracts lors d’une action : il s’agit de transmettre une information, voir de débattre avec les individus qui sont réceptifs. Il faut donc être à l’aise dans le contact à autrui, être à l’écoute et calme, maîtriser le sujet de la manifestation, savoir amener l’autre à s’interroger.

2 – Faire signer des pétitions : il s’agit d’encourager les passants/concitoyens à s’engager en faveur des animaux, il faut être souriant et savoir expliquer rapidement le rôle de la pétition.

3 – Tenir une pancarte lors d’un happening : il s’agit d’attirer le regard de nos concitoyens sur les pancartes. Il faut être capable de rester debout un certain temps et de s’asseoir au sol également. Mais aussi de rester avec une attitude solennelle et ne pas parler.

4 – Participer à l’organisation d’une action.

Comment régler ma cotisation 2020-2021 ?

Deux types d’adhésion à l’association sont possibles :

  • L’adhésion classique, d’un montant de 10€ pour l’année. Si vous le souhaitez, vous pouvez y ajouter un don (montant libre).
  • L’adhésion en tant que membre bienfaiteur, d’un montant de 100€ pour l’année.

Pour régler votre cotisation, plusieurs moyens sont à votre disposition :

  • Via HelloAsso
  • Via Paypal : en utilisant l’adresse mail ajasavoie@gmail.com
  • Par chèque : à l’ordre de l’AJAS, que vous pouvez envoyer à l’adresse suivante : « Maison des Associations – A.J.A.S.   Boîte X21 – 67 Rue Saint-François de Sales – 73000 Chambéry »
  • Par virement bancaire, grâce à notre IBAN : FR37 2004 1010 1710 8638 4K02 832

Un grand merci pour votre soutien et à bientôt pour de prochaines actions en faveur des animaux !