La chasse

Les chiens de chasse

Transportés comme du bétail, les chiens de chasse, qui ne servent pas aussi de chiens de compagnie, ne sont pas mieux traités que des animaux d’élevage.

Ils sont toute l’année dans des enclos plus ou moins grands et ne sortent que pour la chasse ou les expositions de chiens de chasse. Ils sont également transportés dans des compartiments où ils ne peuvent s’installer confortablement (tête courbée parfois).

Ces chiens sont considérés plus comme des outils de chasse qu’autre chose, présentés comme étant, en fonction des races, « complets » , « petit format qui rentre dans un carré » (compartiment de transport), etc. On présente leurs caractéristiques comme s’ils étaient des objets « existe en telle ou telle couleur », etc.

La façon dont sont présentés ces canidés en dit long sur la considération de certains chasseurs pour leurs chiens de chasse (surtout en meute).

Les safaris

Ils sont représentatifs de la fameuse quête des trophées (têtes d’animaux) dont semblent investis les chasseurs. L’objectif est de tuer l’animal le plus beau, c’est-à-dire le plus gros et/ou le plus grand, avec les plus belles cornes, dents, défenses, crinières, etc. C’est le jeu de celui qui aura le plus gros trophée. Un jeu des plus puéril, et surtout des plus violent puisqu’il arrache la vie, mettant parfois en péril des espèces qui sont déjà menacées.

Les animaux chassés

Les animaux sauvages sont chassés toute l’année (notamment les espèces dites nuisibles), mais surtout pendant la saison de chasse qui commence en septembre et se termine en janvier. Nul repos pendant la période hivernale où les animaux doivent pourtant déjà fournir des efforts pour passer l’hiver.

Les animaux sauvages ne sont pourtant pas différents de nos animaux de compagnie : ils sont tout aussi sensibles et conscients. Le fait d’être chassé, pourchassé ou encore piégé et une grande source de souffrance. Il en résulte non seulement des millions d’animaux tués, mais aussi des animaux blessés (quand ceux-ci ne sont pas traqués), des petits sans parents voués à mourir dans les jours qui suivent, des familles et des groupes déchirés. Il est inacceptable que la chasse soit permise dans des pays où les humains n’ont nul besoin de chasser pour se nourrir. Il s’agit strictement d’un loisir violent envers les animaux

Le pseudo rôle « écologique » de la chasse

Les chasseurs prônent souvent le rôle « écologique » de la chasse. Pourtant, plusieurs points démontrent totalement le contraire : les animaux sont souvent nourris l’hiver, et des millions d’autres sortent directement d’élevage pour être lâchés en période de chasse, uniquement dans le but d’être tués par les chasseurs (ex : le faisan, qui n’est même pas une espèce originaire de France et dont 10 millions de sujets seraient lâchés chaque année. Source : ONCFS). Sans oublier les prédateurs qui sont systématiquement pris en cible (loup, renard, rapaces, etc.) et qui ne font pas l’objet, eux, de réintroduction de la part des chasseurs (bien au contraire !).

Voici quelques chiffres (Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage et sites de chasse) :

  • 10 millions de faisans lâchés en 2019 / 3 millions de tués, une grande partie de ceux qui survivent meurent
  • 1,4 million de canards colverts lâchés en 2011 / 80% de cette population est tuée, 13% de ceux qui restent survivent.
  • Article de 2002 reprenant les chiffres du syndicat national des éleveurs de gibier :

    * La France compterait 5 000 élevages de petits gibiers (plume et poil), dont 3 500 professionnels, 400 à 500 élevages de cerfs, 600 élevages de daims, 300 à 400 élevages de sangliers, selon le Syndicat national des producteurs de gibier de chasse (SNPGC) et l’Institut technique de l’aviculture.

    * La production annuelle est estimée à 14 millions de faisans, 5 à 6 millions de perdrix grises et rouges, 1 million de canards colverts, 120 000 lièvres, 300 000 à 400 000 lapins de garenne, 700 t de viande de cerf, 170 t de viande de daim, 10 000 à 15 000 sangliers de chasse.” L’élevage en chiffres, 2002 – http://www.lafranceagricole.fr/article/l-elevage-en-chiffres-1,0,71040066.html