À l’approche des fêtes de fin d’année, de nombreux supermarchés français proposent à la vente des homards vivants importés du Royaume-Uni ou d’Amérique du Nord. Une fois pêchés, ces animaux sont entassés pendant des mois, ligotés, maintenus en vie souvent hors de l’eau, puis transportés par camion ou avion, parfois à des milliers de kilomètres de leurs lieux de pêche, pour finir décapités, démembrés vivants ou ébouillantés.

L’AJAS dénonce les conditions de détention, de transport et d’abattage de ces êtres sensibles et demande aux enseignes de la grande distribution dont le distributeur Provencia (Carrefour Market) de cesser de s’approvisionner en crustacés vivants. 

Près de 5 millions de homards vivants sont importés chaque année 

L’écrasante majorité des homards commercialisés en France proviennent du Royaume-Uni ou d’Amérique du Nord. Dès leur capture, ces animaux subissent une succession d’actes cruels. 

Les homards sont chargés sur les bâteaux, ligotés, déchargés, transportés par camion, stockés dans d’immenses halls où ils peuvent rester des semaines voire des mois, triés et exportés par camion (ou par avion s’ils proviennent d’Amérique du Nord). Arrivés sur le sol français, ils sont à nouveau manipulés, transportés, déchargés à Rungis ou chez un mareyeur puis à nouveau transportés par camion aux quatre coins de la France jusqu’aux supermarchés ou restaurants. 

Fragiles malgré leur apparence, ces animaux subissent un stress immense tout au long de cette interminable chaîne d’approvisionnement : souvent maintenus hors de l’eau ou dans une eau insuffisamment salée, ils survivent dans des conditions incompatibles avec leurs besoins. Animaux solitaires, les homards sont soumis à des situations de promiscuité forcée avec leurs congénères, ce qui les rend agressifs. C’est la raison pour laquelle, immédiatement après avoir été pêchés, ils sont ligotés, voire mutilés, ce qui les fait souffrir, entrave leur liberté de mouvement et les empêche de se nourrir correctement.

Les animaux qui survivent à ces conditions de détention sont ensuite maintenus dans des viviers dans des supermarchés, où ils ne sont pas nourris jusqu’à leur achat par les consommateurs. L’AJAS a reçu de nombreux témoignages d’employés rapportant que certains clients leur demandent de tuer, parfois contre leur gré, les homards directement dans le magasin.

Vivier de homards – Carrefour Market Grésy-sur-Aix

L’enseigne Provencia épinglée

Alertée par plusieurs clients, l’AJAS a écrit aux supermarchés de la région pour leur demander de cesser de s’approvisionner en crustacés vivants du fait de la souffrance causée par ce type de commerce.

Une enseigne est plus particulièrement concernée : la chaîne Provencia qui détient un grand nombre de magasins Carrefour Market en Rhône-Alpes.

Dans un courrier, la direction de Provencia a rejeté toute discussion avec l’AJAS à ce sujet, arguant que le homard répondait aux exigences d’une partie de leur clientèle. Afin d’évaluer l’exactitude de ces propos, l’AJAS a lancé une pétition et a interpellé les clients du magasin Carrefour Market de Grésy-sur-Aix samedi 10 décembre. 

Notre campagne dans la presse :

Nous avons également manifesté devant Leclerc Chambéry samedi 7 janvier.