Des batailles de vaches d’Hérens sont organisées dimanche 2 juin, aux Sept Laux en Isère (38). Une journée où des vaches – parfois gestantes – provenant de divers départements seront poussées au combat dans une arène en plein air, au milieu d’une foule bruyante. Ces combats harassants, contraires au bien-être animal, sont dénoncés par l’Association Justice Animaux Savoie (AJAS) qui a écrit à la Maire de Theys et a lancé une pétition pour demander l’interdiction nationale de cette pratique cruelle.

Les combats de vache, un divertissement cruel 

Durant les “batailles de Reines”, les vaches enchaînent les combats plusieurs fois dans la journée, au milieu d’une foule excitée, du bruit des micros et du son assourdissant des lourdes cloches qu’elles portent à leur encolure. Certaines vaches sont même gestantes au moment des combats ! Ces batailles peuvent blesser les animaux et même parfois les humains présents dans l’arène. Pour les combats elles sont transportées dans des bétaillères et arrivent particulièrement stressées. L’AJAS demande la fin de ces combats archaïques, sources d’épuisement et de potentielles blessures pour les vaches. 

Pour l’AJAS : “Organiser des combats d’animaux est une pratique honteuse. À l’heure où les Français se préoccupent de plus en plus du bien-être animal, il est inadmissible que des collectivités comme la commune de Theys et l’office du tourisme des Sept Laux fassent la promotion active de ce spectacle cruel, qui banalise la violence dans notre société.

Les batailles de vaches n’ont rien de naturel lorsqu’elles sont provoquées !

Afin de justifier cette pratique, les amateurs de combats d’Hérens mettent en avant le caractère « naturellement belliqueux » de cette race dont les individus se confrontent les uns aux autres pour instaurer une hiérarchie dans le troupeau. Pour l’AJAS, on ne peut qualifier de “naturel” ce comportement lorsque les animaux sont stimulés pour s’agresser mutuellement. En effet,  tout est fait pour exciter les animaux et les encourager à se battre : les rabatteurs incitent par exemple les vaches à se battre en les plaçant « tête contre tête » pour provoquer le combat, comme nous avions pu le filmer en septembre 2023 en Chartreuse.. L’agressivité des vaches est entretenue et encouragée. 

Des vaches enfermées et attachées tout l’hiver

Les vaches Hérens sont, pour la plupart, enfermées, voire attachées, tout l’hiver. Ce site suisse de spécialistes de la race précise même que “la stabulation entravée fait l’objet de critiques de plus en plus fréquentes. Interdire ce mode de détention signifierait la fin de la race d’Hérens”. L’AJAS condamne fermement la détention à l’attache des vaches pendant les longs mois d’hiver qui est totalement contraire aux besoins et comportement naturel des animaux. Par ailleurs, lorsqu’elles sortent au printemps, date des premiers combats, les vaches sont particulièrement enclines à en découdre puisqu’elles ont été enfermées pendant des mois et des mois !

Le combat d’Hérens n’a rien d’une tradition française

L’idée de faire combattre des vaches Hérens est née seulement en 1922 et… en Suisse ! Cela fait moins de 30 ans que cette pratique s’implante en Haute-Savoie puis en Savoie et en Isère. Provoquer des combats entre animaux et s’émerveiller de ce spectacle cruel est inadmissible. Il est possible d’organiser des manifestations pacifiques et folkloriques sans mettre en scène des animaux. C’est la raison pour laquelle l’AJAS demande au gouvernement la fin des combats de vaches Hérens. La pétition portant cette demande : https://www.mesopinions.com/petition/animaux/interdisons-combats-vaches-herens-batailles-reines/230725

On parle de notre combat

Suite à notre enquête, les parlementaires Corinne Vignon et Samantha Cazebonne ont demandé officiellement au Gouvernement l’interdiction de ces combats cruels en déposant une question écrite sur notre demande !